Contribuer à l’amélioration de la planification, la mise en œuvre et le suivi des opérations électorales.

Par Aminatou Seydou Harouna(Le Sahel/ onep) 27.10.20

Les travaux de l’atelier de renforcement des capacités des membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) ont débuté, hier matin, à Niamey. Organisé par le Secrétariat Exécutif de la CEN-SAD, en collaboration avec la Fondation Hanns Seidel et le Centre Européen pour le Soutien Électoral (ECES), cet atelier a pour objectif de contribuer au renforcement de la démocratie et des élections transparentes et crédibles. C’est le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation, des Affaires coutumières et religieuses du Niger, M. Alkache Alhada qui a présidé la cérémonie d’ouverture dudit atelier en présence du Secrétaire Exécutif de la CEN SAD, M. Ibrahim Sani Abani, du président de la CENI du Niger, Maitre Issaka Souna, du représentant Afrique de l’Ouest de la Fondation Hanns Seidel, Dr Klaus Grutjen, des présidents des CENI du Mali, du Burkina Faso, du Togo, du Tchad, des experts de l’ECES et de la Fondation Hanns Seidel.

L’atelier a pour cible les membres de la CENI du Niger afin de les préparer à répondre avec efficience et efficacité aux défis de l’organisation des élections libres et transparentes. En effet, il s’agira pendant trois jours, pour les membres de la CENI, tant au niveau central que régional, de tirer profit de l’expérience et de l’expertise des collègues des structures électorales des autres pays. Plusieurs thèmes seront présentés et débattus par d’éminents experts, portant respectivement sur les principes fondamentaux d’une élection, la chaine électorale, les relations de la CENI avec les autres acteurs, le rôle de la communication et des réseaux sociaux en période électorale et la sécurité et la gestion des conflits post électoraux. Aussi, au-delà des enseignements, cet atelier donnera l’occasion de capitaliser les expériences de terrain, les leçons tirées de la préparation, du déroulement du scrutin et de la gestion de ses résultats, de l’accompagnement sécuritaire et médiatique, en somme, de toutes les activités menées par tous les acteurs de la chaine électorale.

Procédant à l’ouverture des travaux, le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses a indiqué que la CENI en tant qu’organisme de gestion des élections, a besoin de consolider de manière régulière, ses acquis et ses compétences pour mieux assumer les charges qui lui sont confiées. « On attend de la CENI une performance exemplaire, en un mot un travail professionnel qui s’inscrit dans la mise en œuvre régulière du processus démocratique», a déclaré M. Alkache Alhada. Un processus démocratique, a-t-il poursuivi, transparent, crédible inclusif et régulier. «Il n’ya pas de processus démocratique sans CENI et pas de processus viable sans une CENI dont les membres sont bien formés et se dévouent avec efficacité à leur lourde responsabilité», a soutenu le ministre Alkache Alhada.

Pour sa part, le Secrétaire Exécutif de la CEN SAD, M. Ibrahim Sani Abani a souligné que, c’est la première fois dans son histoire politique, que le Niger procèdera à une alternance démocratique avec un président élu qui va succéder à un autre élu.  En effet, a-t-il ajouté «quoi de plus rassurant que de voir les Nigériens et les Nigériennes se mobiliser et procéder librement au choix de leurs dirigeants dans cette période charnière qui verra une alternance s’opérer à la tête de l’État grâce à l’engagement personnel du Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou à qui je rends un hommage des plus mérités pour son attachement moral à la parole donnée et la qualité de son leadership reconnu et salué au Niger et partout ailleurs» a-t-il déclaré avant de souhaiter que cette pratique soit pérenne au Niger.

Quant au Président de la CENI, il a indiqué que cet atelier intervient à point nommé. En effet, a expliqué Me Issaka Souna, cette rencontre intervient à 49 jours des élections locales, premier rendez-vous électoral, a-t-il dit, dont la complexité n’échappe à personne et à 63 jours du premier tour de l’élection présidentielle combinée à des élections législatives prévus le 27 décembre 2020, qui sont tout aussi importantes et cruciales. Aussi a-t-il poursuivi, cette rencontre intervient également dans un contexte où la CENI nigérienne est devenue une institution permanente et qui attache un intérêt primordial aux actions de renforcement de ses capacités. «Ces différents scrutins se préparent et se tiendront dans un contexte politique, sécuritaire et sanitaire particulier. En dépit des diverses contraintes auxquelles nous faisons face, la CENI ne ménage aucun effort et travaille avec abnégation à la réalisation de sa mission. La Commission reste déterminée à poursuivre ses efforts avec l’objectif de réussir les élections et de contribuer à préserver la paix et la cohésion sociale», a rassuré le président de la CENI Maitre Issaka Souna.