Par Abari Aboubacar/CENI

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) recevait le vendredi 19 Avril 2019, la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) et le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) dans ses locaux pour échanger, discuter et partager les expériences des uns et des autres sur la question électorale au Niger

Le Président de la CENI a pris la parole le premier pour saluer ses collègues et les remercier pour leur disponibilité dans le cadre de la présente rencontre.

Me Issaka Souna  a ensuite présenté son institution, les modalités de sa mise en place, sa composition et ses missions. Il a rappelé que les différentes institutions dont la CNDH et le CSC participent activement à la préparation,  l’organisation et au déroulement des élections.

Le Président de la CNDH, a quant à lui procédé de la même manière, tout en précisant que la CNDH est représentée  dans toutes les régions du pays à travers ses démembrement et des points focaux. Pr Khalid Ikhri, de préciser que son institution participe dans l’organisation des élections au Niger. La CNDH prépare les observateurs au niveau national  et couvre aux normes de l’ONU c’est-à-dire 13 à 14% des circonscriptions électorales du pays.

Le Président du Conseil Supérieur de la Communication, a expliqué le mécanisme d’élection et de mise en place du CSC, de même que le fonctionnement de son institution dans sa mission de régulation des medias. Le CSC a, pour rôle d’accompagner la dimension communication en période électorale, vérifier le contenu des messages et leur sensibilité notamment ceux des différents candidats en lice. Le Conseil veille à l’accès équitable des partis politiques aux medias publics, équilibre la diffusion entre les media publics et privés et veille à la diffusion exclusive des résultats des scrutins par la CENI dont elle accompagne l’action. Le Président de la CENI rappelé l’importance les rôles des deux institutions et propose des rencontres régulières entre ces institutions sœurs afin de créer un cadre fédérateur avec la cour constitutionnelle et le conseil d’État qui sont aussi impliqués dans le cadre des élections. Ils vont ensemble continuer à travailler pour la réussite de l’échéance électorale.