Par Mamane Abdoulaye (Le Sahel- ONEP)

Conformément à sa stratégie de rendre compte de l’évolution de ses activités, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), a organisé hier matin, à Niamey, une rencontre d’information et d’échanges avec les parties prenantes notamment les partis politiques sur le processus électoral. Cette rencontre a été suivie d’une visite guidée au Centre du Traitement des Données (CTD). Il s’est agi pour le président de la CENI, Me Issaka Sounna d’expliquer le déroulement de l’enrôlement dans la zone n°1, les difficultés et solutions ainsi que le lancement des opérations d’enrôlement dans la zone n°2.  Cet échange entre la CENI et ses partenaires vise non seulement à faire le point sur le déroulement des opérations, mais également à recueillir les observations et suggestions permettant d’améliorer la qualité et la crédibilité du fichier en confection. L’on se rappelle que le choix de la biométrie dans la confection du fichier électoral est la traduction d’une volonté unanime de la classe politique de notre pays pour offrir au processus électoral plus de sécurité, plus de transparence et donc de crédibilité. Pour le réaliser la CENI a opté comme mode opératoire celui qui consiste à subdiviser le pays en deux zones de quatre régions chacune.

S’agissant du déroulement de l’enrôlement dans la zone 1, composée des régions d’Agadez, de Dosso, de Tahoua et de Tillabéri, le président de la CENI, Me Issaka Sounna a rappelé que l’enrôlement a démarré le 15 octobre 2019 et s’est achevé le 17 janvier 2020. Dans l’ensemble, a-t-il souligné, «ces opérations se sont déroulées dans les 147 communes de la zone n°1 à l’exception de huit communes de Tillabéri (Makolondi, Torodi, Abala, Tondikiwindi, Diagourou, Goroual, Inates et Banibangou et une commune de Tahoua (Tillia) où l’enrôlement a été partiellement perturbé». Me Issaka Sounna a ensuite assuré que la CENI reprendra ces opérations dès que les conditions le permettront. 

3.340.313 citoyens enrôlés dans la zone n°1, soit 68% des électeurs selon les projections INS 2020.

Tel qu’il s’est déroulé, «l’enrôlement biométrique a donné les résultats provisoires suivants : 3.340.313 citoyens ont été enrôlés, dont 1.815.234 femmes (54%) et 1.525.079 hommes (46%)», a-t-il expliqué. En récapitulatif, dans la région d’Agadez il a été enrôlé 125.036 hommes (52%) et 116.832 femmes (48%) soit un total de 241.868 correspondant à 81% de réalisation sur la projection de l’INS 2020. Ensuite dans la région de Dosso, 316.646 hommes (47%) et 363.046 femmes (53%) ont été enrôlés, soit un total de 679.692. Ce chiffre représente 58% de la projection INS 2020. Dans la région de Tahoua, 626.357 hommes (43%) et 817.940 femmes (57%) ont été enrôlés, soit un total de 1.444.297. Ce qui représente un taux de réalisation de 77% selon les projections INS 2020. Enfin dans la région de Tillabéry, il a été enrôlé 457.040 hommes (47%) et 517.416 femmes (53%) soit un total de 974 456. Ce nombre représente un taux de réalisation de 62% selon les projections INS 2020. «Dans l’ensemble, dans la zone n°1, 68% d’électeurs ont été enrôlé selon les projetions INS 2020», a déclaré le président de la CENI. Me Issaka Sounna a noté que ce tableau relève une importante mobilisation des citoyens éligibles à l’enrôlement biométrique. «La mobilisation est encore plus forte chez les femmes. Elle traduit la volonté du peuple à s’exprimer à travers les prochaines échéances électorales 2020-2021», a-t-il commenté.

En ce qui concerne, les difficultés, le président de la CENI a dit qu’elles ont trait particulier à la logistique, au matériel, à la gestion du personnel et à la sécurité. Insistant sur ce dernier point, Me Issaka Sounna a souligné l’environnement sécuritaire qui s’est dégradé à partir de la 4è aire de la zone n°1 et a eu pour conséquence l’ajournement de l’enrôlement dans 9 neuf communes citées plus haut. «Le 25 décembre 2019, la CENI a enregistré l’attaque d’un de ses convois composé de 32 agents d’enrôlement escorté par le Forces de Défense et de Sécurité qui ont fait sacrifice de leur vie pour sauver celle des agents d’enrôlement et leur matériel», a-t-il rappelé.

Pour ce qui est de la zone 2, le président de la CENI a rappelé que les opérations d’enrôlement ont démarré le 8 févier dernier. Elles dureront 75 jours dans les 119 Communes des régions de Diffa, de Maradi, de Niamey, de Zinder ainsi que la Diaspora. «Dans quelques jours, plus exactement le 21 févier 2020, ces opérations seront clôturées dans l’aire 1 de la zone 2. Bien sûr, les jours de retard seront compensés là où cela sera nécessaire», a-t-il expliqué Me Issaka Sounna. Après cette présentation par le président de la CENI, des discussions ont été engagées entre les membres de la CENI et les représentants des partis politiques sur entre autres les difficultés que cette commission rencontre, la fiabilité du fichier, le financement, le partenariat, le décaissement du budget, l’insécurité, l’enrôlement de la diaspora et les doublons. À toutes ces préoccupations, le Président de la CENI a apporté d’amples explications.

Aussitôt après ces échanges, les membres des partis politiques ont eu droit à une visite guidée du Centre de Traitement des Données où ils ont eu reçu des explications sur les processus d’enrôlement, ses différentes étapes et surtout les mesures prises pour sécuriser le système.